0

Les vaudois penseront-ils bientôt «Pierre Keller» ?

Les radicaux vaudois font enfin leur rentrée politique ! En effet, à l'occasion d'un nouveau master en design et en luxe à l'Ecole cantonale d'art de Lausanne (ECAL), nous avons eu droit, partout, aux paroles de l'omniscient Pierre Keller, directeur de ladite école qui roule pour les grandes marques.

Ainsi dans Le Temps du 2 octobre : «Nous sommes les premiers au monde à offrir un master en design et luxe […] Renens va devenir la capitale mondiale du luxe!». Et d'ajouter que « La crise nous aide. Les marchés du luxe et de l'art ne se sont jamais aussi bien portés! Et c'est justement maintenant que l'industrie a besoin de nos futurs diplômés: le luxe ne peut plus se contenter de produits d'une qualité exceptionnelle, et d'une belle tradition. ».

Certes. En fait, luxe ou pas luxe, on s'en fiche un peu. Il est juste regrettable que toute dimension réflexive ou critique soit évacuée au profit des prétendues « visions » du super-directeur. Ainsi dans Le Matin Dimanche du 5 octobre : « Si l'ECAL est unique au monde, c'est parce qu'on m'a suivi dans mes visions. Les professeurs et les étudiants « pensent Keller ». A l'ECAL on roule avec moi et c'est sans doute le rêve de tout entrepreneur ».

Soit. Le pire est que Pierre Keller songe à prolonger ses « visions » en politique : « Je pense à la politique. Peut-être serai-je candidat au Conseil d'Etat vaudois. Chez les radicaux bien sûr. J'ai encore envie de donner quelque chose à mon canton de faire bouger les choses. ». Et si le luxe consistait à tout simplement se passer de Pierre Keller ?

webmaster@pagesdegauche.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.